• l'homme me dévisagea, l'air perplexe. il devait surement penser que je suis folle.... malgré tout ce que je faisait tout le monde pensait que j'étais toquée.

    au lieu de m'apitoyer sur mon sort, je le laissai et allai preparer le dejeuner. au menu : pates a la carbonara et pomme granny pour le dessert. et si il n'était pas content c'étais pareil. na!

    quand je finis je lui apportai son assiette et m'assis a la table. il se redressa et commenca a manger en silence. ses yeux vert profond revenaient de temps a autre sur moi et me faisaient penser a une foret sombre et dangereuse.je n'avais jamais entendu de silence plus pesant que celui-ci. meme Umlea ne faisait pas un bruit, couchée dans un coin de la piece. a la fin du repas je sortis pour m'aerer et en finir avec cette ambiance lourde.

    trois jours passerent, toujours sans bruit, et je commencai a m'habituer a cette presence silencieuse. Alex ( car c'est ainsi qu'on avait decidé de l'appeler) passai ses journées a dessiner ou a me regarder fixement comme si j'étais la chose la plus interressante qu'il ait jamais vue.

    ces regards qui me genaient au debut, je n'y fit plus attention. nous dormions chacun a un bout de l'unique lit que je possedais. le matin nous nous lavions l'un apres l'autre a la cascade. Umlea ne me quittait plus d'une semelle et grognai a chaque fois qu'Alex approchait de moi.


    5 commentaires
  • Au bout d'une semaine de silence, je ne pouvais plus tenir.

    - Bon !! j'en peux plus !! parle , dis quelque chose, n'importe quoi !! je lui hurlait a la face.

    - Quelquechose, n'importe quoi . Il avait sorti ca calmement mais son visage traduisait un grand amusement. En gros, il se foutait de moi. Cool.

    -OK, je dis apres un temps, il va falloir que tu m'explique deux trois petits trucs.

    -Toi aussi Myriam; il faut qu'on parle.

    la, il m'avais piégée. retournement de situation.

    - qui est tu vraiment ,je lui demandai en hurlant,et me ressort l'histoire de " chuis amnesique je me souviens de rien " j'y crois plus.

    - ok ok , dit il tranquilement,


    4 commentaires
  • hola hola

    ici le poisson du premier avril ^^ une certaine personne de ma connaissance a eu un tres mauvais poisson d'avril aujourd'hui je tenais donc a m'en excuser

    pour ceux qui attendent depuis des lustres la suite de mon histoire : la voici la voila celle que vous attendez tous ... mince j'ai toujours pas de titre --' dsl je promets d'en trouver un je le jure !!

    votre chere écrivaine

    Elfarock !__!

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Je sais pas si vous savez mais en fait les balles traversent les frigos. si j'étais encore vivante ( et Alex avec moi) c'est parce que ces gentils monsieurs ( et madames peut etre) ne tiraient pas encore dans cette direction; fort heureusement pour moi. si ils ne tiraient pas dans cette direction c'est qu'ils savaient que nous y étions et qu'en aucun cas ils ne voulaient nous tuer. bien. on avait déja avancé, ils ne voulaient pas ma mort. cool. ALORS POURQUOI ILS DETRUISAIENT MA MAISON ??? ca c'etait pas cool !! Alex, en train de baver sur ma poitrine n'était pas en état de penser a cela pour l'instant. je lui repris le bras et le tirai encore a couvert. sauf que la ce serait du vrai " a couvert ". je courus vers la porte de la cuisine celle qui menait vers la foret. meilleure initiative quand vous etes moins fort que votre adversaire: la fuite !! et j'avais l'avantage dans la foret: c'était mon domaine, je le connaissait par coeur. je courais atravers les racines et les feuilles mortes. mes pieds nus commencait a saigner a cause des cailloux tranchants qui affleuraient a la surface du sol. on arriverait bientot a la cascade. j'empruntai ce chemin chaque jour depuis des lustres et chaque brin d'herbe figurait sur la carte mentale que je ma faisais du lieu. hors ce n'était pas le cas d'Alex : il n'arretait pas de trebucher et soufflait déja comme un boeuf. ca s'entendait qu'il ne faisait pas beaucoup de sport ! au bout de dix minutes d'une course effrenée sous la cime des arbres centenaires, Alex m'arreta d'un coup de coude.


    6 commentaires
  • ses yeux étaient exorbités et il ventilait à mort. la course ne lui allait pas très bien...il avait enfin compris que la situation étais grave et je trouvai dans son regard une étincelle de détermination inconnue jusqu'alors. les mains appuyées sur les cuisses pour reprendre son souffle, il essayait de parler. ça donnait quelquechose d'étrange, comme ça :

    -je...han han.. DOIS... expliquer....je suis....pfiouu...un gardien

    -un gardien? ok! et un gardien de quoi? musée, lycée, gardien de but peut-être?

    -un gardien des cartes !!

    il avait repris le controle de sa respiration et me regardais dans les yeux. s'il attendait une réponse genre " ah ben oui forcément!!!" il pouvait toujours attendre.... parce que j'y comprenais rien ! un gardien de carte ça sert à rien !!! pourquoi garder des cartes ? pour ne pas les perdre ? je ne savais pas ce que cela représentait mais je savais que ce n'était pas le moment de poser des questions.

    -écoute Alex, on a pas le temps maintenant mais tu m'expliqueras plus tard ok?

    -on ne court pas encore, hein? j'y arrive pas !!!

    il avait une lueur de panique dans son expression et je décidais de le ménager. pour cette fois.

    -ok ok on va attendre qu'ils partent. viens, on va se cacher.

    sans attendre de réponse, je le trainais vers la cascade qui faisait un bruit de tous les diables. au moins on serait sur de pas se faire repérer !! pour passer innaperçus on s'est glissés derriere le mur d'eau.

    NON vous n'aurez pas votre scene "bisous" tout de suite !!! il fallait qu'il m'explique ce qu'il voulait dire par gardien des cartes


    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique